17 octobre 2013 ~ 0 Commentaire

À toi lecteur

Seul fidèle à mes infidèles

Prêtre des mots, juge suprême

Tu es toujours près de mes vers

Si loin pourtant, si réfractaire

Au sens premier, tu donnes vie

À mes palabres, de mes acquis

Tu te fais maître, mais trébuchant

Sur mon paraître, ne comprenant

Mes broderies, tu leur assignes

Tes propres lettres. « Je » te désigne

« Tu » est un autre; mes vers sont tiens,

La moindre phrase t’appartiens

Elle t’apprends à te connaître:

Je t’offre un mot, tu me rends l’être.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Moctc2clery |
Laprisondepapier |
Me encanta leer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Adadisme
| Blackeden
| Readbook