Archives

Le rêve

J’ai fait un rêve bien amer

Loin des soucis, loin de la chair

L’image fuit, le goût me reste

De ce retour de ma jeunesse.

 

Ils étaient là, tous deux grandis

Ces amis proches de l’oubli

Gardant pourtant dans leur allure

Un souvenir de jours plus purs.

 

Tous trois ensemble, point de conflits

D’histoires folles ou de mépris

Simples paroles, tristes remords

Vite chassés par le bonheur.

 

Au jour pointant, rêve envolé

Bonheur passé évaporé

Ne reste plus, triste et austère,

Que le vent froid des jours amers

(10/08/12)

 

 

Poème du moment

Seule dans ma chambre, je songe

Je ne sais quel ennui me ronge

Mas la peur du lendemain est telle

Que son attente semble mortelle.

 

Le Jour n’est point levé

Dehors, c’est le froid sans été,

Pas un bruit ne s’entend

Le murmure de la nuit paraît indolent.

 

Dans cette chambre, seule, je songe

Je tourne dans ma tête une idée, un mensonge

Et tandis que le temps s’écoule

Le noir autour de moi s’enroule.

(23/02/10)

 

 

 

Inspiration

 

Mon cœur, bercé par un doux remord,

Se balance

Et s’en va,

Seul, triste et monotone

Pareil à la feuille morte

D’une chanson d’automne.

(2007)

 

 

 

Ces quelques énigmes ont été écrites dans le cadre d’une chasse au trésor, destinée à occuper ma cousine de cinq ans.

(1)

« Bonjour jeune voyageur!

Paré pour une chasse au trésor?

Si tu veux connaître le terrain comme un oiseau,

Tourne-moi et lis dans mon dos

Pour connaître les prochaines instructions

Et en savoir un peu plus sur la mission. »

 

(2)

« Un tapis est à l’entrée,

Pour s’essuyer les pieds,

Retourne-le et tu découvriras

Le message qui suivra. »

 

(3)

« Mets-toi face à la porte en verre

Et regarde au travers:

Le Soleil se lève à l’Est

Et se couche à l’Ouest.

Derrière toi et la table

Est un tableau représentant

Des bateaux et de drôles de passants.

Tout en restant face au Sud,

Place-toi devant lui.

A l’Est est un meuble de bois.

Ouvre la porte droite du  bas,

Et tu recevras

Le message qui suivra. »

 

(4)

Va au grand air puis tourne à l’Est

Car ici est une voie céleste.

Marche lentement et reste sur tes gardes,

Car ici et là, il y a des échardes.

Maintenant reste vigilant,

Car il y a deux flaques d’eau* dans lesquelles tu peux tomber à tout moment.

Là, derrière le chat immobile,

Se trouve une boîte à couvercle mobile.

Soulève une épaisseur de trois morceaux de métal,

Et tu découvriras

Le message qui suivra. »

 

(5)

Retourne à l’intérieur, et va sur le canapé gris.

En te retournant tu verras des plantes, mais pas de pissenlits.

Sur une grosse feuille, qui est encore jeune,

Tu découvriras

Le message qui suivra ».

 

(6)

 

Descends les escaliers,

Et, tel le Petit Poucet

Suis les pièces d’or

Et tu compléteras la boîte derrière le chat qui dort.

Maintenant que tu es face aux coussins, tourne-toi.

Là, tu verras un meuble musical en bois.

Soulève le couvercle, et sous un bout de tissu,

Tu t’émerveillera

Devant le message qui suivra. »

 

(7)

Attends-toi sans trop de hasard

A t’aventurer dans l’air du soir.

Suis les moulins blancs, tracés sur le sol,

Comme tu le vois maintenant.

Si les nuages ont fait ravage

Et ont effacé les signes tracés,

Suis le serpent bleu**,

Qui t’aideras s’il pleut.

Arrivé à la tête du serpent,

Regarde droit devant

Et, tel maître Corbeau sur un arbre haut perché,

Tu découvriras, bien caché,

Le papier sur lequel tu liras

Le message qui suivra. »

 

(8)

Derrière toi une cabane est cachée,

Et voici la porte d’entrée:

Repère les trois bambous,

Puis passe en-dessous.

Marche puis arrête-toi devant la grille

Et surtout, ne fais pas de vrilles.

Passe sous la grosse branche,

Mais prends garde à tes manches

Car il y a des épines partout

Qui peuvent te déchirer tout.

Enfin, repère le plus haut bambou,

Puis regarde à son bout,

Car ici tu trouveras

Le message qui suivra. »

 

(9)

Une porte de sortie est devant toi.

Sors de la cabane,

Et repère le palmier plié.

Place-toi à côté de lui

Regarde à l’Est.

Là est un aloès.

Dedans, tu découvriras

Le message qui suivra. »

 

(10)

Le trésor se rapproche

Il faut que tu t’accroche.

En face de toi est un bel arbre,

Qui a des branches agréables.

Grimpe dedans et tu découvriras

Le message qui suivra ».

 

(11)

Maintenant, sois bien sage,

Car ceci est mon dernier message.

Repère la plante au bois orange

Et aux feuilles moins étranges,

Puis place-toi à côté du bout de bois

Qui protège la plante, comme tu le vois.

Regarde en face de toi, à l’autre bout du jardin,

Là où est la cabane, ainsi qu’un grand pin.

Si tu as compris mon énigme

Et repéré les signes,

Cherche vers le bas, et là tu trouveras. »

Été 2005

(*): un piscine et un petit bassin.

(**): j’avais positionné au sol un tuyau d’arrosage.

 

 

Je crois que ce poème est l’un des premiers que j’ai écrits

Dans le Blizzard apparaît, par hasard

Un élan rouge, rouge, rouge comme le vent,

Rouge comme la terre, Rouge comme le ciel, Rouge comme un volcan.

Galopant dans les prés et champs

Venant vers lui, qui lui sourient

Face au vent.

(Printemps 2004)

 

Moctc2clery |
Laprisondepapier |
Me encanta leer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Adadisme
| Blackeden
| Readbook