Cacahuète

Ce jeu organisé au sein de la classe en Première et terminale consistait à offrir à quelqu’un (sa Cacahuète) un cadeau sans que celui-ci sache de qui il provenait. Le but était dès lors de retrouver le donneur, le Cacahuèteur.

Poème de remerciement à l’organisatrice, Daphné, en Première

Poème en Cacahuète

Capricieux mélange, délice matériel

Captivante et étrange, d’or sucré et de miel

Hugo, homme indécent, te montrait comme un vice,

Été trop indolent, révèle-nous cet Ubris:

Cacahuète.

2011

 

 

Messages en Cacahuète

Bonjour chèr(e) Cacahuète, en cette matinée,

Je te fais don, enfin, d’un présent médité,

Qui fut fait ce matin, un peu à la volée,

Pour que tu n’oublies pas, malgré bise et gelée,

Que dans ce monde froid, fait de corps autotrophes

Il suffit d’un cookie pour être philosophe.

Cette belle parole finalement prononcée,

Je te laisse du temps, bien sûr pour deviner

et te dis sincèrement, sur musique champêtre

Passe un très bon week-end, ma chère Cacahuète !

(La musique champêtre n’est pas une simple rime

Nous en parlons souvent au cours de nos journées,

J’espère sincèrement que l’allusion faite

Te sautera aux yeux et guidera ta pensée

Mais sans te révéler la source de ma lettre).

 

 

As-tu trouvé mon nom, ou es-tu hésitant ?

Je n’écris pas, c’est vrai, avec subtilité

Mon registre pédant étant très limité,

Je n’égalerai point la qualité d’antan.

Je me consacre donc avec plus de ferveur

A créer de mes mains ce qu’expriment  les lettres

A reprendre à mes fins toutes choses concrètes

A laisser de côté les sciences d’ampleur.

 

 

Je ne maîtrise pas l’art de la rhétorique,

Je ne suis certes pas un maître en politique,

Mes vers déjà taris sont un piètre exercice

Qui certes hausse encor ma candeur et mes vices

Mais je prends, cependant, un plaisir infantile,

A écrire et écrire, dans un rythme fébrile,

Circonspect

Atténuant

Champêtre

Amorphe

Hétérogène

Utopique

Étonnant

Timoré

Exaspérant

CACAHUÈTE

 

 

 

J’avais offert à ma cacahuète une écharpe sur laquelle j’avais peint, de manière assez tarabiscotée, une cacahuète. N’ayant pas pu voir sa réaction, j’avais demandé à une ami s’il avait apprécié le présent, ce à quoi il avait répondu que ma Cacahuète, dans sa grande intelligence, avait cru recevoir un torchon. Dépitée, je tentai de lui expliquer la situation.

La fin du jeu approche, fin des jours studieux,

Sur un point cependant il me faut m’expliquer:

Cette écharpe loufoque, aux signes mystérieux

Peints par ma main débile, en traits irréguliers

Ne porte pas sur elle, pour transmettre un message

Des symboles passifs, des images abstraites,

Mais l’objet du grand jeu, défini par les Sages,

Un fruit bien exotique, une autre Cacahuète.

 

Mystère élucidé, bonne chose de faite,

Il ne me reste plus, laissant mon éloquence,

Qu’à te laisser penser et mener ton enquête

Et à te souhaiter de joyeuses vacances!

 

 

Ce dernier est empli de haine envers des voleurs, qui ont trouvé amusant de dérober le présent que j’avais glissé dans le casier de notre classe à l’attention de ma Cacahuète.

Voici donc à nouveau, le précédent volé,

Le fruit de mon travail, entre mes mains gardées

Cette fois, je l’admets, pour plus de sûreté.

Par ma naïveté, un sombre individu,

Ingénu et bredouille, tout sûr de lui qu’il fût,

S’en allait hier encor heureux de son butin,

Inconscient d’avoir pris, passé outre ce bien,

Un trésor à mes yeux plus précieux qu’un présent,

La considération, triste juge omniscient.

Illusions défaites, espoirs évaporés,

Le sort s’efforcera d’oublier ce péché.

 Hiver 2011

Moctc2clery |
Laprisondepapier |
Me encanta leer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Adadisme
| Blackeden
| Readbook