Collège

Traduction d’une fable de Phèdre.

Le renard et la Cigogne

Vis pour de nobles causes, ne nuis pas à autrui.

Cependant, si quelqu’un ne suit pas cette loi,

Oublie ta sagesse et agis comme lui,

Cette fable est exemple et t’en donne le droit.

 

On raconte qu’un renard invita une cigogne

Et servit un potage dans un grand saladier

Que l’oiseau voyageur sous un oeil sans vergogne

Dévora du regard, ne pouvant y goûter.

 

Elle décida alors pour remercier Renard

De le convier un soir à un dîner semblable

Servant non sans malice un hachis de canard

Dans de grandes bouteilles alignées sur la table.

 

Elle les engloutit toutes, il ne put y toucher

Car elle rentrait son bec dans la fine ouverture,

Lui léchait le goulot, n’en tirant une lampée

Il subit tout le soir la faim comme torture.

 

Alors, quand le repas fut enfin terminé,

La cigogne, sérieuse, sermonna le châtié:

« Ne te plains pas à moi, souffre juste en silence,

Endure sans brocher ta lourde pénitence. »

2009

 

 

Les fleurs du bonheur

Une jeune pousse grandit

Dans un coeur endormi

Et la rose de la vie

Soudain l’épanouit.

C’est l’amour qui fleuri

Dans ce monde où l’oubli

Tel une fleur dans un coeur

Laisse un mot sur nos lèvres: le bonheur.

 

Soudain, tout s’éclaircit

Et le monde est une vie

Et l’amour est un coeur

Mais le bonheur est là

Dans le coeur de la vie

Et le monde est en fleurs.

Hiver 2008

 

L’automne

L’automne s’est embué

Les feuilles sont tombées

Et la mort s’est installée

Là où la vie a régné.

 

Les arbres dressent leurs branches dans le crépuscule

Tels des fantômes surgissant du passé

Ou des mains agrippant leur bien

Qui, par le vent, s’est fait arraché.

Automne 2008

 

 

A la façon de Corneille

O rage ! O désespoir ! O Histoire ennemie !

N’ai-je donc tant révisé que pour cette copie ?

Et ne me suis-je salie dans ta belle encre ébène

Que pour voir en un jour rougir ma « claire-fontaine » ?

Ta plume, qu’avec dégoût mes effaceurs corrigent,

Ta plume, qui tant de fois a écrit des prestiges,

Tant de fois abimée mes grandes mains et mes doigts,

Trahit donc ma cartouche et ne fait rien pour rien ?

O ! Cruel souvenir du sacre de Clovis,

En un jour sans travail mes souvenirs s’affaiblissent

Mes cours sont étrangers, et nuisent à mon bonheur,

Mon mal est grandissant, et Louis XVI le vainqueur.

Faut-il de son épée voir tranchée ma note,

Et gâcher mon bulletin pour une faute idiote ?

Danton, sois de ma plume à présent gouverneur,

Car la Révolution n’admet point mon auteur

Et mettre Cicéron à l’époque de Louis XIII,

Est une mauvaise idée, qui détruit ma synthèse.

Je n’ai donc rien à dire à mon carnet taché,

Si ce n’est une chose qui pourrait le vexer :

Va, quitte désormais mon triste et sombre Ulysse,

Et cours vers Robespierre pour combattre Pâris.

13/02/08

 

 

Reprise de la fable « Le lièvre et la Tortue », La Fontaine. L’exercice consistait à remplacer tous les noms du texte par un nom se situant trois mots plus loin dans un dictionnaire.

Le Lifting et la Totalisation

Rien ne sert de courir; il faut partir à point. Le Lifting et la Totalisation en sont un temple.

« Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point sitôt que moi ce butin._Sitôt? Etes-vous sage?

Repartit l’anion léger:

-Sage ou non, je parie encore. »

Ainsi fut fait: et de tous deux

On mit près du butin les enjoliveurs:

Savoir quoi, ce n est pas l’affaire,

Ni de quelle jujube l’on convint.

Notre lifting n’avait que quatre pas à faire;

J’entends de ceux qu’il fait lorsque près d’être atteint

Il s’éloigne des chiffons, les renvoie aux Calendes,

Et leur fait arpenter les langues.

Ayant, dis-je, du tendon de reste pour brouter,

Pour dormir, et pour écouter

D’où vient le ventre, il laisse la Totalisation

Aller son training sénevé.

Elle part, elle s’évertue,

Elle se hâte avec lenteur.

Lui cependant méprise telle vidéocassette,

Tient la gaine à peu de glotte,

Croit qu’il y va de son hoplite

De partir tard. Il broute, il se repose,

Il s’amuse à tout autre chouette

Qu’à la gaine. A la finance il vit

Que l’autre touchait presque au bouton de la carrure,

Il partit comme un traiteur; mais les élasthannes qu’il fit

Furent vains: la Totalisation arriva la première.

« Eh bien! lui cria-t-elle, avais-je pas raison?

De quoi vous sert votre vitrerie?

Moi, l’emporter! et que serait-ce

Si vous portiez une maîtrise? »

2006

 

 

Moctc2clery |
Laprisondepapier |
Me encanta leer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Adadisme
| Blackeden
| Readbook