" La poésie est une salve contre l'habitude"

Henri Pichette, Les Epiphanies.

11 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Dépit

Sans expression

Sans Dérision

Sans idées noires

Sans dépendance

Sans sentiments

Sans espoirs

Sans ambition

Sans prétention

Sans modéstie

Sans châtiment

Sans soucis

Dépité

 

10 juillet 2013 ~ 0 Commentaire

Dans Paris…

En reprenant « Dans Paris… » de Paul Eluard.

Dans Paris il y a une rue

Dans cette rue il y a un immeuble

Dans cet immeuble il y a un un appartement

Dans cet appartement il y a des gens

Au-dessus de ces gens il y a une table

Sur cette table il y a un bras

Au bout de ce bras il y a un con.

Les gens tuèrent le con

Le con renversa le bras

Le bras renversa la table

La table renversa l’appartement

L’appartement renversa l’immeuble

L’immeuble renversa la rue

La rue renversa Paris

L’assurance ne versa rien.

15 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 1

Cure de désintoxication contre le Nutella: premier jour de l’épreuve. 

Ah! Ce fut dur!

Tu étais là, en face et moi

Avec émoi

Perdais au fur et à mesure

Résolutions

Dans la froideur de ton reflet

L’amant parfait

Des instants noirs se dessinait.

Mais tu ne voyais rien

Immobile et serein

Comme à ton habitude

Feignant l’indifférence

Rêvant de turpitudes

Sous ta vile apparence.

Je me suis accrochée!

Enfuie de ton aura

Et puis j’ai résisté:

Non, tu ne m’auras pas!

 

15 juin 2013 ~ 0 Commentaire

Jour 0

Il est assez amusant de traiter des sujets que nous connaissons tous plus ou moins, par exemple l’addiction au Nutella. Dans ces cas-là, la cure de désintoxication est entre l’obligation douloureuse et l’acte le plus pathétique de son existence…

 

Le fléau de ma vie,

Mon bourreau, mon ennui,

Attirant,attachant

Et pourtant rassasiant

Si touchant, alléchant

Fatigant et pesant

En ce jour je le dis

De toi je me sépare

Et pour un mois languis

Attends de te revoir!

Je veux que dans un mois

Sans pouvoir te toucher

Je t’oublie et t’envoie

En relique et péché

Au fond de ma mémoire

Déchet de mon passé.

Adieu! Je t’abandonne

Dans le noir éternel

Plaisir que tu me donnes

Je te le prends pour fiel

Un mois! Oui je tiendrai

Loin de ta panacée:

De ton manque j’aurai

Ma nouvelle fierté!

13 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Renouveau

Demain, je serai à nouveau moi.

Pas ce soir, je suis trop faible

J’ai peur qu’on ne me vienne en aide

J’ai peur d’avouer tant de faux pas

Demain je serai à nouveau moi

 

Demain je serai prête à tout

A vivre un jour plus beau

Et à travailler mes atouts

Mais pas ce soir, il est trop tôt.

 

Demain, je vivrai ma vie

Je retrouverai pas gaité

Mais tout cela est ineptie

J’ai peur de la réalité

Je n’ose avouer que rien n’est vrai

Que j’aurai toujours tous ces maux

Je veux pourtant croire en ces faits

Demain sera un jour nouveau

03 avril 2013 ~ 0 Commentaire

Au fil du mot

E

Ecrit

Ecriture

Ecrivain

Ecrit vain

Vin

Vintage

Vingt ans

Vingt tant

Tant pis

Tapis

Tapissé

Tapis tissé

Tissé de mensonges

De mes songes

De messages

De mes âges

Agités

Agissant

Sans gît

Gisant

Grisants

Riant

Rire d’enfant

En fanfare

Fardé

Fardeau

fare d’eau

Fanfare sur le dos

Docile

Dossier

Sur son dossier

Comme il sied

Huissier

Huit sièges

Où siège

Houx, cierges,

Housses, vierges

Hissés sur la berge

Bergerie

Hébergés

Abrégés

Agrégés

Dans l’âcre Egée

Erigée

Et rayée

Essayée

Assurée

Susurrée

Sur l’orée

De l’or et

De l’ourlet

De l’arrêt

Au rhéteur

Orateur

D’aura de pleurs

Au radeau de l’heure

Sur le dos d’ailleurs

Railleur

Rail d’ailleurs

Rail du leurre.

 

22 mars 2013 ~ 0 Commentaire

Le solitaire du val

Inspiré du dormeur du val d’Arthur Rimbaud.

Sur l’orée de mes espoirs

Je contemple l’esprit

Qui s’agite dans le noir

Sans pouvoir se trouver gîte

Il ère dans l’asphalte

Abandonné qu’il est

Il ne trouve terre qui l’exalte

Et se replie sur ce qu’il sait.

L’ai froid de l’effraie pas

La ruse des sournois

Ne le tourmente pas

Il ère dans la brise

Sans soucis ni surprises

Délaissé

Prélassé

Mais il a fait ce choix.

14 mars 2013 ~ 0 Commentaire

Broderie

Ecriture

Ecriture lâche

Ecriture tendre

Ecrit ennuyeux

Ennui d’un instant

Instant prolongé

Prolongation aux congés

Congés payés

Payés de ma tête

Tête pleine d’idées

Idées folles et vagues

Vaguement ailleurs

Ailleurs qu’ici

Ici dans Paris

Paris sous les ponts

Pont malgré les cours

Cours interminables

Interminablement présents

Présent d’un instant

Instant trop court

Court comme l’éternité

Eternité aux gouffres de l’âme

Ame de poète

Poète aux mille écrits

Ecrits sensiblement longs

Longs comme la broderie du temps

Temps écoulé et révolu

Révolution des larmes

Larmes de mots

Mots d’écriture.

13 mars 2013 ~ 0 Commentaire

Le rêve

Toujours ce même rêve

Toujours le même visage

Et au matin

Une solitude singulière

11 mars 2013 ~ 0 Commentaire

Humiliation

Tourne autour de la raison

Monopolise sentiments

Asservit toute approbation

Laisse les joues rouges de sang.

Elle s’acharne sur sa cible

La prenant pour une imbécile

Concentration est impossible

Son regard fixe sous ses cils

Accable de condescendance

Change savoir en impuissance.

Persuadant le tourmenté

Il croit alors être incapable

Assis devant son énoncé

Il oublie tout, se sent coupable.

Elle saisit cette occasion

Cette vipère, usurpatrice

Ayant causé par avarice

Un doute sur la rédaction,

Elle profite de la peur

Pour s’immiscer dans l’esprit sot

Elle s’appuie sur la candeur

Et prive sa proie de repos

Elle le hante et même épuise

Sa répartie et son bon sens

L’étouffe par sa connaissance

Change d’humeur selon sa guise.

Tantôt honnête, ou hypocrite

Le résultat reste le même:

Sur son carnet la note écrite

Illustre bien le stratagème.

 

 

Moctc2clery |
Laprisondepapier |
Me encanta leer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Adadisme
| Blackeden
| Readbook